You are using an outdated browser. Upgrade your browser today to better experience this site.

Les installateurs se réjouissent d’un avenir plein de nouvelles évolutions

 

Le marché de l’énergie va au-devant de grands bouleversements au cours des années à venir. Les installateurs en feront l’expérience quotidiennement au cours de leurs missions. Que pensent-ils de cette (r)évolution ? Nous avons posé la question à cinq clients de Cebeo.

 

« Un travail de longue haleine »

Chez Vermaelen & Demuynck, installateurs établis à Rotselaar, on travaille depuis longtemps à la numérisation de l’énergie. « Comme nous installons, entre autres, des panneaux solaires, de la domotique, du chauffage et de la plomberie, c’est absolument indispensable », explique le cogérant Jelle Demuynck. « Nous nous sommes déjà informés de manière approfondie dans ces domaines afin de pouvoir donner les bons conseils à nos clients. Cependant, cela n’est pas toujours facile, car il est parfois difficile d’évaluer dans quelle mesure ils sont déjà sensibilisés à la gestion de leur consommation énergétique. Ceux qui ne prennent pas les devants n’auront plus le choix à l’avenir, car leur facture grimpera très fortement s’ils n’agissent pas. »

M. Demuynck se félicite de la durabilisation, mais il est conscient que tous les consommateurs ne seront pas en mesure de réagir de façon ciblée à l’évolution dynamique des prix et à l’introduction imminente du tarif de capacité en Flandre. « Idéalement, on consomme de l’énergie quand il y a beaucoup d’énergie éolienne ou solaire, ou quand il y a un surplus sur le réseau. Mais qui a le temps d’y penser tout au long de la journée ? Les applications intelligentes peuvent aider, mais il y a des moments où vous avez tout simplement d’autres priorités que de surveiller constamment vos appareils énergivores », conclut l’installateur.

Vermaelen & Demuynck, Rotselaar

 

Sensibilisation

À Oud-Heverlee, Wim Vanden Eynde constate que la numérisation n’est pas près de se concrétiser pour la plupart des particuliers. « Dans cette région, la plupart des compteurs sont encore analogiques. Peu de gens se demandent quand un compteur numérique sera installé chez eux. Il se peut que nous installions de nombreux câbles destinés aux bornes de recharge dans les entreprises, mais généralement, elles achètent elles-mêmes les installations de recharge et les font ensuite installer en interne ou par un autre entrepreneur. »

 

En tant que spécialiste de l’éclairage et de la domotique, Wim Vanden Eynde constate que de nombreuses personnes souhaitent économiser de l’énergie en utilisant des lampes à LED, mais cela ne va pas beaucoup plus loin que cela pour le moment. « Le tarif de capacité, les prix dynamiques de l’énergie... Nombreux sont ceux à tomber des nues lorsqu’ils en entendent parler. Le gouvernement a encore beaucoup de travail de sensibilisation à faire dans ce domaine. »

Oud-Heverlee, Wim Vanden Eynde

Pour le chauffage et les sanitaires, Wim Vanden Eynde renvoie ses clients vers un partenaire spécialisé. « Si j’avais 20 ans maintenant, je proposerais certainement des solutions CVC, mais à ce stade de ma carrière, il n’y a guère d’intérêt à élargir nos services pour les inclure. Une chose est sûre : à l’avenir, les installateurs ne pourront plus se permettre de ne proposer que les services de base (travaux électriques), sous peine de scier la branche sur laquelle ils sont assis. »

 

L’intégration bat son plein

À Furnes, Lukas Dequeker consolide depuis deux ans l’entreprise que son père Wim a créée il y a un quart de siècle. « Nous sommes spécialisés dans les installations électriques complètes depuis un certain temps. Récemment, des panneaux solaires et des bornes de recharge ont été ajoutés. De cette manière, nous intégrons déjà la numérisation de l’énergie dans nos réalisations. Nous combinons une installation photovoltaïque avec une batterie domestique ou la connectons à la commande domotique, mais ce n’est certainement pas le cas pour toutes les installations. »

 

Furnes, Lukas Dequeker

Dans les installations électriques des nouveaux bâtiments, la demande est élevée en matière de domotique. « Si vous voulez rester dans le coup en tant qu’installateur, vous devez suivre. C’est aussi simple que cela. Nous pouvons également raccorder les pompes à chaleur à la commande, mais pour l’instant, il n’est pas encore question d’installer nous-mêmes la plomberie et le chauffage. Avec notre équipe restreinte, nous préférons nous concentrer sur notre cœur de métier, plutôt que d’ajouter de nouveaux services. »

Lukas s’attend à ce que le client final particulier investisse dans la numérisation de l’énergie, aussi bien pour les nouvelles constructions que pour les rénovations. « Il s’agira quoi qu’il en soit d’un travail de longue haleine. De nombreuses années s’écouleront avant que l’ensemble du parc immobilier, souvent vétuste, soit équipé des nouvelles technologies électriques. »

 

Prêt pour l’avenir

Après avoir été responsable du refroidissement, de l’électricité, du PLC et du montage chez Packo pendant dix ans, Gino Annys s’est installé à son compte comme installateur électro. Grâce à un rachat, il a d’abord ajouté la plomberie, puis les solutions de chauffage et maintenant les pompes à chaleur. Il suit régulièrement des cours de recyclage.

« Nous constatons chaque jour qu’un bon accompagnement du client final devient de plus en plus important », déclare-t-il. « Il s’agit de parcourir le plan de la maison avec lui de manière très pratique et de lui poser des questions concrètes. Avec les réponses, nous pouvons travailler afin de compléter les installations, ou au moins de les rendre durables. »

C’est en connaissance de cause qu’il a décidé de ne pas installer lui-même de système de refroidissement ou de panneaux solaires. « Dans le cadre de l’accompagnement du client, je propose bel et bien ces systèmes. Pour la mise en œuvre, je collabore avec un partenaire spécialisé afin de pouvoir continuer à me focaliser sur mes activités principales. Pour ce qui est des formations, je peux me tourner vers le grossiste, qui joue également un rôle important dans ce domaine. Dans tous les cas, la connaissance de l’électricité et des commandes représente une valeur ajoutée pour l’installateur », conclut Gino, qui contacte systématiquement ses clients pour l’entretien de l’installation et maintient ainsi une relation optimale avec la clientèle.

Gino Annys

 

Wallonie

Jean-Philippe Guillaume est administrateur délégué d’Energie & Electricité. Il attend beaucoup de la numérisation à court terme. « La demande commence à augmenter. La domotique est déjà très populaire et, bientôt, de plus en plus de personnes voudront utiliser des énergies renouvelables. Le marché des voitures électriques est déjà en pleine croissance. Nous avons déjà réalisé plusieurs projets d’installation de bornes de recharge, notamment dans les entreprises. Cela ne fera qu’augmenter à l’avenir. »

 

Jean-Philippe Guillaume, Energie & Electricité

En ce qui concerne le compteur intelligent, la Wallonie n’est pas aussi avancée que la Flandre. « Il est certain qu’il sera mis en place, mais nous devons attendre que le gouvernement organise mieux son déploiement avant de pouvoir vraiment commencer. »

La demande de travaux électrotechniques est si importante que Jean-Philippe Guillaume n’envisage pas de proposer des services de CVC dans un avenir proche. « Il s’agira de trouver les bonnes personnes qui possèdent les compétences techniques adéquates grâce à leur formation et qui peuvent également programmer. L’éducation a un rôle majeur à jouer à cet égard. Les fournisseurs, comme Cebeo, peuvent m’aider en m’apportant le soutien de personnes techniquement compétentes et une communication bien adaptée au marché. »

 

 

 


 

retour à CEBEO HOME 6

 

Contact
Nous utilisons des  cookies
Nous utilisons des  cookies  pour améliorer votre expérience.