You are using an outdated browser. Upgrade your browser today to better experience this site.

OPPLE est parée pour le passage à un éclairage respectueux du climat

Lentement mais sûrement, nous abandonnons les solutions d’éclairage traditionnelles.

Lentement mais sûrement, nous abandonnons les solutions d’éclairage traditionnelles. Depuis le 1er septembre de cette année, les ampoules fluorescentes compactes et linéaires, ainsi que les lampes halogènes haute et basse tension ont disparu de nos rayons. Ils font désormais place à la technologie LED. Au 1er septembre 2023, le marché tertiaire connaîtra une transition de taille lors de laquelle les ampoules fluorescentes linéaires (ampoules fluorescentes T8) tireront leur révérence. Chez OPPLE, ils se préparent déjà à cette évolution et à bien d’autres encore.

 

La tendance d’un éclairage respectueux du climat n’est pas prête de s’arrêter. Lorsqu’OPPLE est apparu sur le marché belge en 2015, le fabricant a pris la décision courageuse de proposer exclusivement de l’éclairage LED. Il s’agissait d’une étape stratégique importante qui affichait clairement la volonté d’OPPLE de se positionner en tant que chef de file en matière d’économie d’énergie et de pollution lumineuse.

 

« Les deux récents règlements européens permettront de séparer le bon grain de l’ivraie. »

 

Plan d’éclairage

« La pollution lumineuse croissante dans les applications extérieures est principalement due à un manque de connaissances », explique Jan Hoogstra, Head of Sales Europe chez OPPLE Lighting. « Le fait d’opter pour un mauvais équipement et/ou un réglage qui n’est pas adapté à l’application spécifique donne lieu à des situations incommodantes pour l’homme et l’environnement. Les personnes qui résident à proximité d’un court de tennis n’ont pas envie de subir les retombées de cette infrastructure sportive. L’élaboration d’un plan d’éclairage adéquat, qui comprend notamment un choix précis d’armatures adaptées à l’environnement, peut éviter bien des désagréments. »

moins 60 pour cent sur la facture d’énergie

 

Dans l’intervalle, le marché tertiaire s’oriente également vers la technologie LED, même s’il ne le fait pas partout à la même vitesse ou avec le même dévouement. « Dans bon nombre de cas, les LED représentent une économie d’au moins 60 pour cent sur la facture d’énergie ; l’utilisation d’un système « intelligent » permet même de réduire les coûts davantage. Un gain dont bénéficient en tous les cas les employés des immeubles de bureaux, des halls d’usine et des entrepôts. Cependant, nous constatons encore régulièrement qu’il s’agit d’un sujet difficile, en particulier si le propriétaire du bâtiment n’est pas celui qui l’utilise au quotidien. Dans ce cas, le locataire est demandeur d’une mise à niveau de l’éclairage, afin de pouvoir revaloriser le bâtiment, travailler de manière plus productive, améliorer l’image de l’environnement de travail et tout cela en réduisant les coûts d’énergie. »

 

Subventions ou amendes

« Généralement, on constate que le propriétaire n’investit que lorsqu’il est lui-même actif dans le bâtiment », poursuit Jan Hoogstra. « Des arguments tels que la plus grande convivialité, l’effet positif sur l’humeur et la santé des gens, ainsi que les coûts d’énergie et d’entretien réduits suffisent alors à le convaincre. Et lorsque le gouvernement encourage de tels efforts au moyen de subventions (comme en Belgique) ou intervient de manière répressive, les arguments sont encore plus solides. Les propriétaires d’immeubles de bureaux aux Pays-Bas s’exposent par exemple à une amende si leur bâtiment ne satisfait pas à la réglementation en matière d’énergie d’ici 2023. Il incombe aux lobbyistes, aux autorités, aux fabricants et aux installateurs d’informer le client final sur les nombreux avantages que représente un éclairage professionnel et contemporain. »

Les systèmes de commande intelligents apportent également une importante valeur ajoutée, car ils offrent des avantages à tous les intervenants de la « chaîne d’approvisionnement ». « J’aime illustrer cela à l’aide d’un projet réalisé récemment dans une grande école » poursuit Jan Hoogstra. « La direction souhaitait un éclairage productif et réglable dans chaque salle de classe ainsi qu’un aperçu de la consommation d’énergie pour chaque pièce distincte. De plus, ils voulaient en toute logique éviter toute consommation d’énergie dans les pièces aux heures où personne ne s’y trouvait. »

Jan Hoogstra, Head of Sales Europe chez OPPLE Lighting

« En concertation avec l’installateur, ils ont opté pour notre système « intelligent » en raison des nombreuses possibilités de contrôle et de son utilisation planifiable. L’installateur en profite, car il s’agit d’un système sans fil ne nécessitant aucun câblage supplémentaire. Cela lui a permis d’économiser 115 heures de travail, et donc de passer plus rapidement au projet suivant. Sans oublier que l’installation s’est révélée bien moins coûteuse pour le client final. Pour Cebeo, ce projet s’est révélé très intéressant en termes de chiffre d’affaires. Quant à nous, en tant que fabricant, il nous permet de contribuer aux objectifs énergétiques et de nous positionner en tant que fournisseur de systèmes d’éclairage intelligents. Tout le monde est content ! »

 

Nouveaux labels énergétiques

Fin 2019, l’Europe a publié deux nouveaux règlements en matière d’écoconception de sources lumineuses, ainsi qu’un nouvel étiquetage en matière d’efficience énergétique. Le règlement SLR (Single Light Regulation) encourage l’abandon progressif de certaines sources lumineuses conventionnelles et LED selon leur efficacité énergétique, alors que le règlement ELR (Energy Labeling Regulation) évalue toutes les sources lumineuses en matière d’efficacité énergétique et de qualité d’éclairage. Une décision applaudie par Jan Hoogstra.

Nouveaux labels énergétiques

« De nos jours, les sources lumineuses offrent les mêmes fonctionnalités que les solutions traditionnelles, mais sont de meilleure qualité. »

 

« Le règlement SLR évaluera les sources lumineuses de manière plus stricte selon un calcul complexe. Il s’agit d’une évolution positive qui permettra essentiellement de mettre en évidence les différences de qualité d’éclairage des LED. Il existe une énorme différence entre les produits, les fournisseurs et la qualité. Ces deux règlements permettront de séparer le bon grain de l’ivraie. Ceux qui ne prendront pas le train en marche n’auront d’autre choix que d’investir dans le développement de produit afin de pouvoir répondre malgré tout aux exigences à l’avenir. La mise en place d’une base de données est une véritable prouesse qui impliquera une charge administrative supplémentaire considérable pour les fabricants, étant donné chaque produit doit être enregistré. Heureusement, OPPLE peut bénéficier pour ce faire d’un soutien précieux de la part de sa maison mère en Chine. »

 

Tendance d'un éclairage respectueus

L’adieu aux ampoules fluorescentes

Dans l’intervalle, OPPLE se prépare déjà, avec l’aide de Cebeo, à l’abandon progressif des ampoules fluorescentes T8 dont l’échéance est fixée au 1er septembre 2023. « Le marché tertiaire a toujours été particulièrement friand de ce type d’éclairage », indique Jan Hoogstra. « Ces ampoules fluorescentes linéaires sont en train de disparaître, car elles consomment énormément d’énergie. Le remplacement de toutes ces ampoules prendra un certain temps, a fortiori s’agissant d’une thématique où les conseils se révéleront extrêmement précieux. L’utilisateur final a tout intérêt à se réunir avec l’installateur et le grossiste/fabricant afin de discuter des exigences spécifiques en matière d’éclairage pour son application. Selon la qualité d’éclairage souhaitée, nous pouvons alors recommander la bonne armature qui représentera le meilleur investissement à long terme. Et mieux vaut s’y prendre le plus tôt possible. »

 

Les spécialistes en éclairage de Cebeo joueront un rôle essentiel à ce niveau. « Cebeo jouit d’une grande crédibilité, car elle propose de nombreuses marques d’éclairage dans son assortiment et peut dès lors offrir des conseils impartiaux. Quoi qu’il en soit, nous informerons en détail les installateurs, avec leur concours, sur les changements à venir. Cela permettra ensuite à l’installateur d’informer son client et de distiller l’essence même de la tendance en faveur d’un éclairage économe en énergie et respectueux du climat auprès de toutes les parties prenantes. Nous pouvons ainsi progresser de manière significative dans le choix d’un éclairage adapté en fonction, notamment, de sa couleur et de son intensité. » Et à Jan Hoogstra de conclure : « De nos jours, les sources lumineuses offrent les mêmes fonctionnalités que les solutions traditionnelles, mais sont de meilleure qualité. On ne peut dès lors qu’adhérer. »

 


 

retour à CEBEO BUILDINGS 5

 

Contact
Nous utilisons des  cookies
Nous utilisons des  cookies  pour améliorer votre expérience.