You are using an outdated browser. Upgrade your browser today to better experience this site.

Tableaux de distribution - Service et solutions sur mesure

Centre de compétences Cebeo (COC)

« Confiez le calcul des tableaux jusqu’à 3 200 A au Centre de compétences Cebeo. » 

Un Centre de compétences Cebeo (CCC) se charge pour vous de la conception et des calculs d’un tableau de distribution. « En tant que CCC, nous essayons toujours d’offrir la meilleure solution à nos clients », explique Bertrand Kyndt, spécialiste des tableaux de distribution chez Cebeo.

LIRE LA SUITE


Siemens - Le suivi énergétique prêt à l'emploi

« Le suivi énergétique prêt à l’emploi grâce à la technologie Siemens »

« Il ne faut pas sous-estimer l’importance de la surveillance énergétique. Il n'est pas nécessaire de tout cartographier tout de suite, mais au moins les gros consommateurs.

LIRE LA SUITE

Legrand - Les tableaux de distribution, un gage de sécurité

Les tableaux de distribution de Legrand, un gage de sécurité

Le choix d’une plaque complète traditionnelle ou d’un tableau de distribution dépend largement des habitudes du constructeur. « Les tableaux de distribution ont pour avantage que vous avez la certitude de répondre à toutes les normes.

LIRE LA SUITE


Panduit - Plus jamais exposé à une tension électrique

 

Plus jamais exposé à une tension électrique

Chaque accident du travail est un accident de trop. C’est également le point de départ de Panduit. Leur solution « VeriSafe » est le seul système du marché permettant d’automatiser la mesure de l’absence de tension.

LIRE LA SUITE


 

téléchargez l'intégralité du dossier

CONSULTEZ L’INTÉGRALITÉ DU DOSSIER

 


 

« Confiez le calcul des tableaux jusqu’à 3 200 A au Centre de compétences Cebeo. » 

 

Bertrand Kyndt, spécialist des tableaux de distribution chez Cebeo

Un Centre de compétences Cebeo (CCC) se charge pour vous de la conception et des calculs d’un tableau de distribution. « En tant que CCC, nous essayons toujours d’offrir la meilleure solution à nos clients », explique Bertrand Kyndt, spécialiste des tableaux de distribution chez Cebeo. « Les solutions de Schneider Electric reposent sur un savoir-faire magistral. Et c’est on ne peut plus logique, étant donné que les tableaux de distribution du CCC sont directement issus du Centre d’étude Prisma. En outre, la plupart des demandes des clients concernant les tableaux de distribution sont adressées à Schneider. C’est un choix évident, car les disjoncteurs, les équipements de commutation, les armoires et les tableaux se tous de la même marque. Mais nous n’ignorons pas pour autant les aux autres fabricants. »

.  

 

Il y a quelques années, Schneider Electric s’est adressée aux grossistes en leur demandant de créer un centre d’études. Depuis, les CCC Prisma de Cebeo ont acquis une solide réputation dans les quatre régions (Flandre orientale et occidentale, Anvers - Limbourg, Brabant et Wallonie). Tous les deux ans, le fabricant mène un audit afin de s’assurer que le travail effectué au sein des centres d’études répond aux exigences de Schneider. En échange, Cebeo reçoit un certificat qui garantit cette qualité.

 

Faites-vous aider au-delà de 1 000 Ampères

Bertrand Kyndt est le spécialiste des tableaux de distribution au CCC de Courtrai. « Environ 80 % des demandent portent sur des tableaux inférieurs à 630 ampères. Et si un installateur doit travailler sur des tableaux supérieurs à 1 000 Ampères, il est préférable qu’il fasse appel à un centre d’étude. Les installations d’une telle envergure nécessitent une connaissance approfondie. Parfois, nous pouvons simplement mettre l’installateur sur la bonne voie, et le laisser ensuite poursuivre tout seul. En fin de compte, c’est le client qui choisit qui construit son tableau. »

3 200 Ampères maximum

Bertrand Kyndt travaille sur les tableaux jusqu’à 3 200 Ampères. « Avec le Prisma, vous pouvez dimensionner jusqu’à 4 000 A maximum, mais pour ce faire, l’aide de Schneider est nécessaire. Schneider veut s’en charger personnellement en raison de l’attention accrue requise en matière d’étanchéité et d’échauffement. »

 

Norme 61439

Après tout, l’échauffement dans l’armoire est un élément crucial dont il faut tenir compte dans le calcul. « Depuis l’entrée en vigueur de la nouvelle norme 61439 (anciennement 60439), la résistance aux courts-circuits et l’échauffement sont beaucoup plus clairement définis. Je dois donc savoir à l’avance quel transformateur est présent et avec quelle tension de court-circuit. »

Celui ou celle qui opte pour Schneider a la garantie d’être conforme à la norme. « Il existe également des armoires système d’autres fabricants qui sont conformes à la norme. Si l’installateur choisit une armoire système d’un fabricant donné et suit les instructions de montage pendant la construction, il peut facilement démontrer qu’elle est conforme à la norme. Toutefois, si l’installateur assemble un tableau avec des composants distincts provenant de différents fabricants (par exemple une armoire industrielle d’une marque X, des disjoncteurs de la marque Y, un cuivre de la marque Z), il doit démontrer lui-même au moyen de tableaux, de calculs, etc. qu’il satisfait à la norme. »

 

Un tableau de distribution en 9 étapes

1. Question relative à un projet Le client arrive au cdc avec une question relative à son projet

2. Schéma unifilaire Le client est invité à remplir un document et à fournir un schema monofilaire

3. Élaboration du plan Après réception, le spécialiste élaborera le plan avec les principaux composants et établira un devis

4. Validation du client L’installateur soumetalors le plan à son client

5. Commande Après avoir reçu l’accord du client, l’installateur peut passercommande chez cebeo sur la base du devis

6. Évaluation du petit matériel d’installation L’installateur doit estimer lui-même le petit matériel de montage nécessaire : nombre de mètres de câble, vis, mâchoires …

7. Livraison Lorsque la majeure partie du matériel pour le tableau et le socle est disponible, elle est livrée par cebeo

8. Construction du tableau L’installateur peut alors commencer à construire le tableau

9. Mise en service L’installateur met le tableau en marche chez le client

 

De la conception à la livraison

« Avant de commencer à calculer un tableau, j’ai besoin de pas mal d’informations. À cet effet, j’ai rédigé un document (basé sur l’annexe C de la norme 61439) reprenant toutes les informations nécessaires pour configurer le tableau. Il serait utopique de croire que tout y est repris. Mais des choses telles que la tension, la puissance, le degré de protection sont cruciales. »

Calendrier provisoire + devis

« Sur la base de ce document, j’élabore un dessin avec tous les composants nécessaires. Il ne doit pas nécessairement présenter la disposition définitive. Il appartient à l’installateur de faire une estimation du câblage et du petit matériel de montage. Mais cela lui donne déjà une bonne idée de ce à quoi ressemblera le tableau. Il peut ainsi soumettre ce plan, accompagné d’un devis, à l’approbation de son client. Parfois, le client demande d’effectuer des changements. Il souhaite par exemple que l’interrupteur principal soit placé ailleurs. Tout cela peut encore être adapté à ce stade. » 

Après approbation par le client final et l’installateur, la commande est passée sur la base du devis. « Nous livrons les pièces autant que possible en un seul kit, afin que l’installateur puisse immédiatement commencer à travailler », indique Bertrand.

Kit de construction simple

« Le principal avantage des tableaux Prisma pour l’installateur ? C’est un peu comme un jeu de construction Mecano. Tout est fait sur mesure, vous n’avez plus rien à mesurer, à plier ou à percer. Il peut y avoir une différence de prix par rapport à une carte auto-assemblée (de différents fabricants), avoue Bertrand, en nuançant toutefois que « vous récupérez la différence de prix par le nombre d’heures de travail gagnées. »

 

Smart panels

Avec la numérisation croissante, le déploiement de l’Industrie 4.0 et l’Internet des Objets en milieu industriel, les tableaux de distribution évoluent de plus en plus vers des tableaux connectés. « Ces ‘smart panels’ permettent au client final de surveiller et de contrôler son installation et sa consommation énergétique. Encore une fois, l’installateur peut s’adresser au CCC de Cebeo pour des conseils et une assistance, éventuellement en concertation avec le fabricant », conclut Bertrand Kyndt.

 


 

« Le suivi énergétique prêt à l’emploi grâce à la technologie Siemens » 

 

Wouter Vierstraete, spécialiste de l'automatisation Industrielle chez Cebeo

Cebeo est partenaire agréé Siemens depuis maintenant deux ans. « Je persuade les clients d’opter tant que faire se peut pour une solution intégrale de Siemens », déclare Wouter Vierstraete, spécialiste de l’automatisation industrielle chez Cebeo. « Cela comprend également la surveillance énergétique (Siemens parle de « gestion de l’énergie »). Elle fait véritablement partie intégrante de la technologie Siemens. »

 

De plus en plus de clients finaux industriels recherchent des solutions leur permettant de suivre leurs flux d’énergie de manière détaillée. Bien sûr, cette motivation s’explique avant tout par le principe de « mesurer, c’est savoir ». En outre, leurs efforts peuvent être récompensés par des subventions, s’ils satisfont à certaines normes telles que l’ISO 50001.

 

Mesures 4-quadrants

« La valeur ajoutée réside non seulement dans la mesure/connaissance de la consommation énergétique totale du site, mais également par secteur ou phase du processus de production. Nous avons par exemple travaillé récemment avec un client de l’industrie agro-alimentaire. Aujourd’hui, ils savent exactement quelle quantité d’énergie, d’eau, de gaz et d’air comprimé est nécessaire par batch de production. Les données de ce batch peuvent ensuite être incluses dans le (nouveau) calcul du prix de revient du produit. Cela peut représenter un avantage concurrentiel. On peut détecter les irrégularités, ou mieux planifier les batches afin de réduire la consommation d’énergie. »

 

MindSphere

« En matière d’automatisation, la mesure aux niveaux inférieurs est encore trop rare aujourd’hui », note Wouter Vierstraete. « La consommation d’énergie est bien mesurée sur le tableau principal, mais on ne sait pas vraiment où elle va. Il s’agit véritablement d’un marché en pleine croissance. Idéalement, vous devriez être en mesure de voir la consommation de chaque machine dans le processus de production. En connectant toutes les machines d’un réseau, vous pouvez en lire toutes les données au départ d’un seul logiciel. Il est possible de le faire localement ou, si vous le souhaitez ; via la plateforme pour l’IdO dans le cloud de Siemens 'MindSphere'. »

 

 

 

1. Au niveau produit : distribution d’énergie, contrôle de fréquence, compteurs d’énergie ...

2. Couche d’automatisation : SCADA, PC industriel, API et/ou HMI

3. Portail TIA (Totally Integrated Automation) : gestionnaire d’énergie avec reporting local ou MindSphere (cloud), par exemple

Siemens Mindsphere

 

« Soyons clairs, poursuit Wouter Vierstraete, ce ne doit pas forcément être tout ou rien. L’investissement peut être consenti de manière très systématique, si on le souhaite. Cebeo peut vous aider à ce niveau. Comment procédons-nous dans ce cas ? Nous nous rendons sur place afin de voir comment la production est structurée. Quelle est la taille de l’« usine » ? S’agit-il de machines autonomes ou de plusieurs lignes de production ? Quels composants ou marques sont déjà présents ? Et de quel budget et de combien de temps disposez-vous ?

Il est préférable de commencer par les grands « consommateurs d’énergie » qui se trouvent habituellement en début ou en milieu de la chaîne, comme les fours, plutôt que les machines d’emballage. Il s’agit ensuite de le diviser en étapes plus petites et de proposer les composants nécessaires. Ceux-ci peuvent être ajoutés, certains modules peuvent être étendus ou une fonction supplémentaire peut être attribuée. Les possibilités sont légion. »  

 

Intégration totale

Siemens dispose d’un certain nombre de modules spécifiques, par exemple dans la gamme ET 200SP, pour mesurer l’énergie au niveau de l’API, que les autres fabricants ne proposent pas. « Il est donc possible d’offrir les produits et logiciels nécessaires pour enregistrer les flux d’énergie à tous les niveaux, jusqu’à celui du consommateur. Qu’il s’agisse d’une installation neuve ou à rénover. Cette intégration totale offre de nombreux avantages », explique Wouter Vierstraete :

 

des avantage d'intégration totale

1. Mesure de l’énergie à tous les niveaux voulus

2. Rapports sur mesure et possibilité d’identifier les tendances

3. En analysant les tendances, une certaine forme de « maintenance prédictive » voit le jour

4. Sur la base de mesures, des mesures d’amélioration peuvent être planifiées

 

« La surveillance énergétique peut donc partir du tableau de distribution ou des machines mêmes comme j’ai l’habitude de le faire. Ce qui signifie que vous êtes parfois confronté à des marques différentes, ce qui ne facilite pas forcément les choses. Mais j’essaie toujours de faire fonctionner cette communication, qu’il s’agisse de Siemens, Socomec, Schneider ou Legrand. » 

 

Prêt à l’emploi

« On a encore trop souvent tendance à oublier la surveillance énergétique, mais il ne faut pas sous-estimer son importance. Le principal avantage de Siemens est que sa gamme intègre la gestion énergétique par défaut grâce à l’utilisation du portail TIA, qui assure littéralement une intégration totale de l’automatisation », conclut Wouter Vierstraete.

 

 


 

Les tableaux de distribution de Legrand, un gage de sécurité 

 

Dimitri Van de Heuvel, Product Manager chez Legrand

Les armoires de distribution de la gamme Legrand XL³ existent depuis longtemps. Cependant, la toute dernière gamme d’armoires de grande taille XL³ S a récemment été commercialisée. « Dans la gamme ‘XL³ S’, le ‘S’ signifie standard. Pour Legrand, ‘moins, c’est plus’. » Les produits de la gamme hautes performances et de la gamme standard sont équipés de tableaux de distribution. « L’évolution vers les tableaux de distribution est en cours, mais se déroule plus lentement que prévu. Les tableaux de distribution offrent néanmoins la garantie d’une installation électrique sûre et conforme », indique Dimitri Van den Heuvel, Product Manager chez Legrand.

 

Dans le cas d’un tableau traditionnel, qui se compose d’un boîtier associé à une plaque de montage complète, le constructeur de tableaux dispose tous les éléments comme bon lui semble. « Il est responsable de l’installation et du raccordement de ses produits, ainsi que des calculs d’émission de chaleur. Dans le cas des tableaux de distribution, nous définissons toutes les directives en tant que fabricant. Si vous les suivez et respectez les règles de bonnes pratiques, vous aurez la certitude que tout sera correctement installé conformément à la norme CEI 61439. »

 

Gamme hautes performances ou standard

Legrand dispose de deux gammes de tableaux de distribution. « Pourquoi cette division ? » La gamme XL³ a été développée pour s’adapter à toutes les exigences techniques possibles :

  • Tableaux allant jusqu’à 6 300 ampères.
  • Indice de protection IP30 à IP55.
  • Composants de sécurité en version fixe ou débrochable.
  • Montage frontal/à l’arrière.
  • Formes de séparation de 1 à 4b

« Dans 60 à 70 % des cas, il n’est pas nécessaire de proposer une armoire technique de ce type », assure Dimitri Van den Heuvel. « Notre gamme standard XL³ S est le fruit de cette réflexion. Ces armoires ne font pas de concession en termes de qualité. Seul leur montage est simplifié. Elles offrent plus de possibilités, aussi bien en hauteur qu’en largeur. La gamme S est dès lors le complément idéal à la gamme hautes performances. »

« Dans les grands bâtiments d’utilité publique, on opte généralement pour la gamme XL³ hautes performances, car le client final souhaite souvent des disjoncteurs débrochables pour des raisons de sécurité. Cependant, des dizaines de tableaux électriques divisionnaires doivent la plupart du temps être ajoutés. C’est ce qui fait la perfection de la gamme standard. »

 

Répartition de l’énergie optimale

La distribution énergétique est un aspect essentiel des armoires de distribution. « L’armoire XL³ permet d’installer un système de distribution optimisé, grâce à l’utilisation de pièces de raccordement prémontées entre les jeux de barres et les équipements. Ainsi, il est encore plus simple pour un constructeur de tableaux d’établir une connexion sécurisée vérifiée au préalable. La distribution standard est utilisée dans la gamme S. Il est toutefois possible d’opter pour un jeu de barres en cuivre ou en aluminium. »

Systeemborden

 

Logiciel XL Pro³ Tableaux

« La conception d’un tableau de distribution peut être générée par un logiciel. Le logiciel XL Pro³ Tableaux permet de concevoir un tableau de distribution et de déterminer les produits nécessaires à l’aide de l’ampérage requis, de la polarité, etc. Vous disposez ainsi d’une visualisation indiquant le placement de tous les produits. Vous pouvez ensuite effectuer des modifications selon vos souhaits. Au final, vous obtenez également une liste de matériel. »

« L’installateur ou le constructeur de tableaux dispose immédiatement d’un dossier complet pour son client final. Autre logiciel : XL Pro³ Calcul. Les deux logiciels sont compatibles. L’étude de calcul vous donne des informations sur les puissances, les longueurs de câble, les sections de câble nécessaires, etc. Ce logiciel est davantage utilisé par des bureaux d’étude que par des constructeurs de tableaux. Il permet de se faire une bonne idée de la taille finale de l’installation. »

 

Collaboration avec Cebeo

« Nos centres d’étude internes échangent des informations concernant les projets avec les Centres de compétences pour tableaux de distribution. Nous calculons certains projets en interne, après quoi nous transmettons nos informations à Cebeo. Par ailleurs, Cebeo trouve des projets de son côté et fait ensuite appel à nous en cas de besoin. »

 

Une plaque de montage complète ou un tableau de distribution ?

Le choix d’une plaque complète traditionnelle ou d’un tableau de distribution dépend largement des habitudes du constructeur. « Les tableaux de distribution ont pour avantage que vous avez la certitude de répondre à toutes les normes. Mais certaines personnes ont tellement l’habitude de travailler avec une plaque complète qu’ils s’en tiennent au tableau traditionnel », conclut Dimitri Van den Heuvel.

 


 

Plus jamais exposé à une tension électrique  

 

Chaque accident du travail est un accident de trop. C’est également le point de départ de Panduit. Leur solution « VeriSafe » est le seul système du marché permettant d’automatiser la mesure de l’absence de tension. Grâce à VeriSafe, le risque d’électrocution lors de travaux sur un tableau électrique est quasi nul, car il vous permet d’effectuer la mesure sans devoir l’ouvrir. La logique est aussi simple que celle d’un feu tricolore : le rouge signifie « arrêtez », le vert « allez-y ».

 

Si vous recherchez « accident du travail électrocution » sur Google, vous obtiendrez 3 270 résultats. Bien sûr, cela ne vous dit rien sur le nombre d’accidents annuels et nous ne disposons pas de chiffres à l’échelle nationale à l’heure actuelle. Nous ne voulons en aucun cas semer la panique.

« Les testeurs de tension portables sont soumis à de trop nombreux facteurs de hasard. La sécurité de l’opérateur ne peut dès lors être assurée en toutes circonstances, » explique Frederic Kalb, Senior Development Manager OEM chez Panduit. Le testeur d’absence de tension VeriSafe présente un double avantage : l’un en termes de sécurité et l’autre de vitesse. « Les éventuels problèmes de sécurité avec les instruments de mesure portables peuvent survenir à cinq niveaux, » explique Frédéric Kalb :

Frederic Kalb, Senior Development Manager OEM chez Panduit

 

Panduit VeriSafe

  • L’appareil lui-même peut tomber en panne :
    après avoir été exposé à des chocs ou à des conditions extrêmes
  • Une erreur humaine :
    en raison d’une utilisation inappropriée, à des éléments de distraction durant la mesure ...
  • Le système n’est pas satisfaisant :
    en cas d’utilisation, par exemple, d’un instrument de test avec une certaine limite
  • Exposition au danger :
    peut se produire aussi bien pendant le test de l’appareil que pendant le test de la tension effective
  • Erreurs de processus :
    en sautant des étapes ou en les effectuant dans un mauvais ordre

 

L’essence même de la solution de VeriSafe est qu’il ne vous est plus nécessaire d’ouvrir le tableau électrique avant d’être certain à 100 % qu’il est hors tension, tant pour les tensions alternative que continue. Le module d’isolation est situé dans le tableau, l’indicateur en sort pour ainsi dire. Outre la mesure de la tension électrique, le module effectue également un autotest à chaque utilisation. Cela permet de s’assurer que l’instrument de mesure fonctionne correctement, qu’il est installé correctement et qu’il est en contact direct avec le circuit au moment du test.

 

Emballé c’est pesé !

« Tout cela se déroule en moins de 10 secondes, » explique Frédéric Kalb. « Alors que le temps nécessaire pour tester l’appareil à l’aide d’un instrument de test portable, vérifier la tension et réinitialiser l’appareil est compris entre 10 et 20 minutes. Cela signifie que vous avez été exposé à d’éventuels risques électriques pendant au moins dix minutes. »

Avec VeriSafe, c’est de l’histoire ancienne. « D’une simple pression sur un bouton, l’indicateur LED passe au vert, au rouge ou à l’orange, la lumière verte étant la seule signifiant que vous pouvez ouvrir le tableau sans le moindre danger. La logique est aussi simple que celle d’un feu de circulation à un carrefour. Toutefois, » prévient Kalb, « cela ne signifie pas qu’une personne qui n’est pas habituée à utiliser le produit ou un non-initié doive faire preuve de négligence. »

VeriSafe, qu’il ne vous est plus nécessaire d’ouvrir le tableau électrique

 

Également dans les tableaux électriques existants

Le module VeriSafe peut être installé dans un tableau existant, sur un simple rail DIN. « Il vous suffit d’y connecter les câbles d’alimentation et un câble système AVT spécial fourni. Cette solution peut donc s’appliquer tant aux installations nouvelles qu’existantes. »

également dans les tableaux électriques existants

Jusqu’à 600 Volts

VeriSafe convient aux circuits triphasés jusqu’à 600 volts. Par souci d’exhaustivité : VeriSafe satisfait à la norme SIL 3 (CEI 61508).

 

 

 

 

Contact
Nous utilisons des  cookies
Nous utilisons des  cookies  pour améliorer votre expérience.