You are using an outdated browser. Upgrade your browser today to better experience this site.

À quoi faut-il veiller en période de Corona ?

L’importance de la ventilation dans la lutte contre la Covid-19

L’importance de la ventilation dans la lutte contre la Covid-19

Auparavant, et nous entendons par là la décennie passée, les habitations bénéficiaient d’une ventilation naturelle sans que leurs résidents ne le remarquent. Elles étaient abondamment ventilées au travers des entrebâillements, des fenêtres et des fissures. À l’heure actuelle, nous isolons à tout va, mais nous ne pouvons oublier que la ventilation est essentielle. Dans le cadre de la lutte contre la Covid-19, mais à tout moment en fait, pour notre santé et notre bien-être général. Comment ? Nous pouvons obtenir un climat intérieur sain qu’en combinant la ventilation naturelle et mécanique.

LIRE LA SUITE


Marc Van Ranst

Marc Van Ranst et sa vision de la ventilation

On ne le présente plus désormais : l’éminent virologue Marc Van Ranst. Parce que nous voulions également connaître la vision d’un scientifique sur le sujet de la ventilation, nous l’avons convié à un entretien. Entre ses différentes apparitions publiques, le professeur Van Ranst a accordé un peu de son temps à Cebeo pour un entretien. Découvrez son avis sur les appareils de mesure du CO2, la ventilation mécanique par rapport à la ventilation naturelle, le port de gants durant l’entretien des filtres de ventilation, et bien d’autres sujets encore.

LIRE LA SUITE

Les systèmes simple et double flux dans la lutte contre la Covid-19 ?

Les systèmes simple et double flux dans la lutte contre la Covid-19 ?

En raison de la pandémie de coronavirus, nos spécialistes en CVC sont submergés de questions de la part des clients. Notamment celle-ci : est-il préférable d’opter pour un système simple flux plutôt que double flux dans la lutte contre la Covid-19 ? Pas forcément. Un bon suivi et un entretien tous les 6 mois (au moins) des filtres de ventilation importent plus que le type de ventilation. « Ne pas remplacer les filtres à temps est aussi nocif que de porter un masque buccal sale », indique Steven Mylle, notre spécialiste CVC.

LIRE LA SUITE

L’impact du Corona sur le travail d’un installateur.

L’impact du Corona sur le travail d’un installateur

Vincent Vercruysse et son beau-frère sont tous deux à la tête de Quality Air bvba. Cette entreprise courtraisienne est spécialisée dans le placement et l’entretien des systèmes de ventilation simple et double flux. Ils offrent à leurs clients un service d’entretien après-vente irréprochable. Nous avons interrogé Vincent sur l’impact de la Covid-19 sur son travail. Il observe un intérêt croissant envers la ventilation en raison du Corona. En raison du virus, de nombreux clients remettent leur système de ventilation actuel en question, et ceux qui n’en disposent pas encore souhaitent remédier à la situation (à court terme).

LIRE LA SUITE


VENTILATION - CALCULEZ VOS DÉBITS

Avant de placer un système de ventilation, vous devez connaître les débits de ventilation adéquats. Effectuez ici un calcul fiable pour votre prochaine installation.


DÉCOUVREZ TOUS LES CALCULATEURS CEBEO

ET SUBVENTION

CEBEO CALCULATEURS

Vous pouvez compter sur Cebeo, et plutôt 6 fois qu’une. Nos calculateurs constituent une aide fiable pour le calcul de votre prochaine installation de panneaux solaires, pompe à chaleur (chauffe-eau thermodynamique), système de ventilation ou perte calorifique dans une pièce ou une habitation.

CONSULTEZ LES CALCULATEURS

SUBVENTIONS

L’obtention d’un subside peut être un facteur décisif pour la mise en œuvre ou nin d’un projet. Un aperçu de tous les subsides que l’on peut avoir pour un projet de construction n’est pas simple ; différents organismes sont responsables, votre lieu de résidence et l’âge de votre habitation jouent un rôle,…

TROUVEZ VOS SUBVENTIONS


 

téléchargez l'intégralité du dossier

CONSULTEZ L’INTÉGRALITÉ DU DOSSIER

 


 

L’importance de la ventilation...  

 

Autrefois, il était moins évident d’isoler et de ventiler votre maison. La ventilation pouvait se faire de façon naturelle au travers des fissures, fenêtres et crevasses, ce qui n’est souvent plus le cas aujourd’hui. En période de Corona, nous pouvons mettre nos masques buccaux, nous laver minutieusement les mains plusieurs fois par jour et nous tenir à une distance d’un mètre et demi d’autrui. Si nous ne voulons pas tomber malades, un climat intérieur sain est essentiel. Nous pouvons y parvenir en combinant la ventilation naturelle et mécanique.

Lorsque nous expirons, parlons ou toussons, nous libérons des microgouttelettes ou aérosols en suspension dans l’air. Ces gouttelettes peuvent être porteuses de particules virales. Bien que l’OMS ait soutenu pendant des mois que le virus ne pouvait se propager de cette manière, il existe depuis suffisamment d’exemples qui prouvent le contraire. Dans une chorale américaine, par exemple, un chanteur a infecté 52 des 60 membres, bien que ceux-ci se soient tenus à plus d’un mètre et demi de distance du chanteur en question. Ceci illustre l’importance des mesures du CO2.

 

L’importance de la ventilation...

 

Une bonne ventilation pour réduire la propagation du coronavirus

Une étude de l’université d’Amsterdam a révélé que les aérosols en suspension dans l’air disparaissent dix fois plus rapidement dans une pièce bien ventilée. Dans cette pièce, un système de ventilation mécanique était en marche, et une fenêtre et une porte étaient également ouvertes. Au bout de 30 secondes, il n’y avait plus aucune gouttelette dans l’air. Dans une pièce équipée d’un système de ventilation mécanique et dont les fenêtres et les portes sont fermées - sans ventilation naturelle donc - les gouttelettes ont disparu après deux minutes et demie, et dans le cas d’une pièce mal ventilée, cela a duré environ cinq minutes. Afin que la dégradation des aérosols se fasse le plus rapidement possible et, partant, de limiter la propagation du coronavirus, combiner la ventilation mécanique et naturelle est la solution idéale.

Cette combinaison reste par ailleurs importante à l’approche de l’automne. La ventilation permet d’éviter que les particules d’aérosol ne restent dans l’air. Durant les mois de printemps et d’été, la ventilation naturelle n’est pas un problème, mais en hiver, nous gardons plus souvent les fenêtres fermées et nous nous retrouvons plus souvent à l’intérieur. Soyons clairs : la ventilation reste indispensable en automne comme en hiver.

Ventilation dans la maison

 

Différents systèmes de ventilation

La ventilation repose sur trois piliers : l’apport d’air frais, le transit de l’air au sein de la maison et l’évacuation de l’air vicié. Ces trois piliers se traduisent par les différents systèmes de ventilation bien connus :

 

Système de ventilation A en B

Le système A fonctionne selon un apport d’air naturel, au travers d’un aérateur de fenêtre par exemple, et une évacuation de l’air via une cheminée. Aucun appareil mécanique ne déplace l’air, ce qui donne lieu à un climat intérieur instable.

 

Dans le cas d’un système B, l’apport d’air s’effectue de façon mécanique, et l’évacuation de façon naturelle. Des ventilateurs amènent l’air frais dans les différentes pièces, et l’air vicié est à son tour évacué par des bouches d’extraction. Il en résulte une surpression constante dans la maison qui peut être désagréable.

Système de ventilation C et C+

L’apport de l’air dans le cas d’un système C s’effectue de manière naturelle au moyen d’aérateurs de fenêtre. Le transit de l’air s’effectue des pièces sèches vers les pièces humides à l’aide de feuillures ou d’aérateurs de porte. L’air humide vicié y est évacué mécaniquement par le système de ventilation. Une ventilation de base continue s’effectue en outre dans toute la maison. Il s’agit là d’un système de base simple.

 

En plus du système C, il existe également le système C+. Ce système fonctionne de façon similaire au système C conventionnel, à la différence que la ventilation ne se fait que lorsque cela est vraiment nécessaire. La qualité de l’air est mesurée à l’aide de capteurs, sur la base de l’humidité, du CO2, des COV (odeurs). Cette mesure peut s’effectuer via l’appareil même ou au moyen de clapets de zone.

Système de ventilation D et D+

Enfin, il existe également les système D et système D avec commande à la demande intégrée. Dans le cas du système D, tant l’apport que l’évacuation de l’air s’effectuent de manière totalement mécanique, ce qui permet de toujours conserver un climat intérieur optimal. Ce système porte également le nom de ventilation équilibrée en raison de la répartition uniforme de l’air. L’apport mécanique et l’évacuation mécanique commandée à la demande de l’air sont par ailleurs combinés à une récupération de la chaleur via un échangeur thermique. Le principal inconvénient d’un système D est le double système de conduites, qui se révèle particulièrement difficile à mettre en place dans le cas d’une rénovation.

 

PEB ou réglementation sur la performance énergétique des bâtiments

La PEB est la réglementation en matière de performances énergétiques et de climat intérieur, tel que l’isolation, les installations, la ventilation… Il s’agit en somme de tous les aspects qui contribuent à un climat intérieur sain et une plus faible consommation d’énergie. Au travers de cette réglementation, le gouvernement souhaite que nous réalisions en Belgique des bâtiments à la fois peu énergivores et confortables. Toutes ces mesures contribuent à des économies d’énergie substantielles, ce qui est non seulement positif pour notre portefeuille, mais surtout pour l’environnement.

Les exigences PEB sont subdivisées en quatre catégories : les exigences d’isolation thermique, les exigences de performances énergétiques, les exigences de climat intérieur et l’obligation de recourir en partie à de l’énergie renouvelable. Par exigences de climat intérieur, nous entendons notamment la ventilation, et par énergie renouvelable, l’utilisation de panneaux PV, d’un chauffe-eau solaire, d’une pompe à chaleur…

 

Cebeo, votre spécialiste de la ventilation

En plus de proposer les produits et systèmes de qualité adéquats en matière de CVC, Cebeo offre naturellement bien d’autres avantages :

  • Spécialistes CVC: vous aident à choisir la marque et le système de ventilation
  • Informations: en matière d’innovation et connaissance de la législation en vigueur
  • Logistique robuste: livraison d’articles en stock dans les 24 heures, dans votre entreprise ou sur le chantier.
  • Stock: Le Cebeo Distribution Centre (CDC) à Mouscron avec 55 000 références, et plus de 50 filiales aux quatre coins de la Belgique

 


 

Entretien avec le virologue Marc Van Ranst : « Le but en soi n’est pas d’éliminer l’ultime particule virale, mais de diluer le plus possible le virus » 

 

Chaque professionnel aborde certains aspects du travail quotidien avec une relative évidence, alors que pour d’autres, cela ne coule vraiment pas de source. À l’instar de celles et ceux qui travaillent dans le secteur de l’installation, que ce soit en tant que maître d’ouvrage, de grossiste ou d’installateur. C’est pourquoi nous aimerions changer le fusil d’épaule. Comment les scientifiques envisagent-ils ce thème de la ventilation ? Nous avons posé nos questions à l’éminent virologue Marc Van Ranst lors d’une vidéoconférence Zoom totalement sûre, comme il se doit en période de Corona. « Je ne peux m’imaginer commencer l’entretien d’un filtre de ventilation sans enfiler de gants. » Vous partagez son avis ? Ou cette affirmation du professeur vous semble moins évidente qu’il n’y paraît ?

Nous appelons le professeur durant une période chargée comme il n’en a jamais connu. Entre les interviews pour la VRT, pour VTM et pratiquement tous les journaux, il trouve encore volontiers du temps pour un entretien avec Cebeo. Une fois la connexion établie, l’image et le son au point, nous entrons dans le vif du sujet après avoir fait brièvement connaissance…

 

Entretien avec le virologue Marc Van Ranst

 

Avant que nous ne puissions poser notre première question, Marc Van Ranst se tourne vers nous : « Cebeo vend-il des appareils de mesure du CO2 ? » – Oui, en effet. – « Bien. Car ces appareils sont particulièrement utiles. Ce ne sont pas de simples gadgets pour s’amuser. Lorsque toute votre famille se retrouve dans votre salon, vous verrez comme les valeurs critiques seront rapidement dépassées en l’absence d’une (bonne) ventilation. Dans les écoles, chaque classe devrait en disposer afin de pouvoir intervenir le cas échéant. La qualité de l’air dans les salles de classe de bon nombre d’écoles est tout simplement exécrable. Des valeurs de 4 000 à 5 000 ppm sont monnaie courante, alors qu’en réalité, elles devraient être comprises entre 400 et 800 ppm pour être acceptables. »

 

ventilation qui fonctionne bien

 

Ces écoles et ces maisons, souvent d’anciens bâtiments, possèdent dans le meilleur des cas un système de ventilation simple ou double flux, mais il est plus fréquent qu’elles n’en disposent pas. Pour un virologue, à quoi ressemble un système de ventilation performant ?

Marc Van Ranst : « Un seul mot : invisible. L’auditoire de la KU Leuven est équipé de capteurs de mouvement et d’appareils de mesure du CO2 intégrés à un système de gestion du bâtiment, et je l’ignorais. Un système de ventilation invisible qui fonctionne est un bon système. À une exception près peut-être en ce qui concerne l’appareil de mesure du CO2 : les gens veulent pouvoir le voir, le contrôler, il a suscité l’intérêt de la population. »

 

« Les appareils de mesure du CO2 ont suscité l’intérêt de la population. »

 

 

Mécanique ou naturel ? Qu’est-ce qui est préférable ?

Marc Van Ranst : « Qu’il soit mécanique ou naturel, cela ne fait pas de grande différence. Il faut veiller à ce que le moins d’air possible puisse circuler. Il est préférable d’amener le plus possible d’air frais, non traité. La solution la plus simple et la moins coûteuse consiste bien sûr à ouvrir les fenêtres. Mais c’est plus facile en été qu’en plein hiver. »

 

Quel est le risque en hiver ?

Marc Van Ranst : « Cela nécessitera beaucoup de sensibilisation. La situation est la même qu’en 1918 (avec la grippe espagnole, ndlr) : on crépissait déjà les maisons afin d’empêcher le moindre souffle de vent d’y pénétrer. Des campagnes ont alors été organisées pour inviter les gens à ouvrir les fenêtres. Nous avons à nouveau besoin de telles campagnes. »

Le virus survit-il mieux sur des matériaux naturels ou synthétiques ? Pour le choix de certains filtres ?

Marc Van Ranst : « La capacité d’un virus à résister ne dépend pas tant du matériau en lui-même que de la porosité de la surface. Plus la surface est poreuse, plus il peut s’y infiltrer. Une surface lisse est aussi plus facile à nettoyer... Il y a de nombreux facteurs qui jouent un rôle »

 

Les conduits galvanisés ou en PVC avec un revêtement antibactérien peuvent-ils apporter une solution ?

Marc Van Ranst : « Il est prouvé que les surfaces en zinc et en cuivre offrent une meilleure résistance contre les bactéries, mais en ce qui concerne les virus, c’est plus difficile à démontrer. N’escomptez pas non plus de résultats miracles. Cela vaut également pour un revêtement de ce type qui, par ailleurs, ne dure qu’un temps. »

 

« Il est prouvé que les surfaces en zinc et en cuivre offrent une meilleure résistance contre les bactéries, mais en ce qui concerne les virus, c’est plus difficile à démontrer. »

 

Et les lampes UVC ?

Marc Van Ranst : « Elles fonctionneront en partie, oui. Il ne faut pas essayer d’éliminer à tout prix l’ultime particule virale. Le but est plutôt de diluer le plus possible le virus. » 

 

Un système au sein duquel l’adduction et l’évacuation de l’air sont mélangées peut-il poser des problèmes ?

Marc Van Ranst : « Le recyclage de l’air peut être problématique. Mais vous pouvez également le voir grâce à votre appareil de mesure du CO2. Si vous mesurez le CO2, vous mesurez la quantité d’air que vous inspirez, et qui a été expirée par quelqu’un d’autre. Il s’agit de bon marqueur de substitution pour les aérosols. Vous ne voulez en effet pas inhaler de l’air exhalé par quelqu’un d’autre. Lorsque des aérosols commencent à s’accumuler dans une pièce, la situation peut vite s’emballer. Dans ce cas, de nombreuses personnes peuvent être contaminées. »

 

La ventilation peut donc donner une fausse impression de sécurité ?

Marc Van Ranst : « La ventilation ne se suffit pas à elle-même. Elle doit non seulement être allumée, mais elle doit aussi être correctement entretenue. De plus, augmenter le débit de ventilation peut s’avérer utile pour maintenir le niveau de CO2 le plus bas possible. Enfin, laisser un amateur l’assembler lui-même ne me semble pas une bonne idée. »

 

L’entretien de la ventilation peut-il mener à une contamination ?

Marc Van Ranst : « Le nettoyage ou le remplacement des filtres doit être effectué de façon professionnelle. Autrement dit, de préférence par un professionnel, ou par le particulier si celui-ci peut le faire sans danger. En tant que virologues, nous travaillons chaque jour avec des virus. Nous le faisons en veillant à bien nous protéger, ce qui réduit les risques à un minimum. Je ne peux m’imaginer qu’un installateur professionnel puisse travailler sans masque buccal ni gants chez son client. Il s’agit par ailleurs d’une marque de professionnalisme et de politesse. Et manipuler un filtre sans gants ? À éviter à tout prix ! »

 

L’entretien de la ventilation peut-il mener à une contamination ?

« Le nettoyage ou le changement des filtres doit être effectué de façon professionnelle. »

Avez-vous encore d’autres conseils pour l’installateur ?

Marc Van Ranst : « Les installateurs se rendent souvent au domicile de personnes qui n’y connaissent rien à la ventilation. C’est toutefois utile s’ils connaissaient les bases d’une bonne utilisation. Si un installateur peut fournir une explication claire, de préférence au moyen d’une vidéo sur une tablette par exemple, cela aiderait tant le particulier que l’installateur, car ce dernier recevrait ainsi moins d’appels dus à un manque de connaissance ou une mauvaise utilisation. »

 

« Si un installateur peut fournir à son client une explication claire, de préférence au moyen d’une vidéo, cela aiderait tant le particulier que l’installateur. 


« Après, je peux m’imaginer que lors d’une telle visite, certains habitants veulent tout suivre de près. En tant que professionnel, vous devez dès lors veiller à toujours avoir un nouveau masque jetable sur vous, dans un sac en plastique, afin de le donner à votre client si celui-ci veut « observer vos moindres faits et gestes ». Mais dans l’idéal, il faut naturellement travailler seul et sans être dérangé. »

Ne tenons à remercier de tout cœur Marc Van Ranst pour sa collaboration bienveillante dans le cadre de notre dossier !

 

 


 

« Ne pas remplacer les filtres à temps est aussi nocif que de porter un masque buccal sale » 

 

Steven Mylle, spécialiste CVC chez Cebeo

Les spécialistes en CVC de Cebeo sont aujourd’hui submergés de questions de la part des clients. Appelez cela une évolution, voire une petite révolution dans le monde de la ventilation qu’ils ont hâte de voir se produire. « Le nombre d’inspections ne va cesser d’augmenter. Cela signifie sans le moindre doute de nombreuses opportunités. Les utilisateurs feront en quelque sorte office d’organisme de contrôle : « Cette ventilation convient-elle pour moi, pour mon enfant ? » Le débat prend de l’ampleur, mais il est plus important d’agir correctement que rapidement », explique Steven Mylle, spécialiste CVC chez Cebeo.

 

Cebeo propose des marques qui sont leaders sur le marché des systèmes simples flux (Renson) et double flux (Soler & Palau) résidentiels, ainsi que Zehnder. Chaque type de système de ventilation possède donc ses avantages et ses inconvénients. « La question n’est pas tant de savoir si un système simple flux est par définition meilleur qu’un système double flux pour éliminer les virus dans l’air, mais plutôt : dans quel état est mon système de ventilation ? Que nous nous trouvions en période de Corona ou non », commence Steven Mylle.

 

« La question que l’on doit vraiment se poser : dans quel état est mon système de ventilation ? Que nous nous trouvions en période de Corona ou non »

 

Quel est le meilleur système de conduites ?

Les discussions battent leur plein. Quel système ou matériau de conduite est préférable ? Les conduites en zinc plutôt que celles en plastique ? À moins que ces dernières ne disposent d’un revêtement antibactérien. Mais un tel revêtement ne dure pas non plus éternellement. Aujourd’hui, ces sujets ne font pas encore l’unanimité parmi les scientifiques. La lumière UVC fait elle aussi couler beaucoup d’encre. Elle éradiquerait le Covid-19, mais une bonne protection s’impose. Nous ferions mieux de nous concentrer sur ce que nous savons avec certitude, et cela mérite d’être souligné.

  • La pose de conduites doit se faire avec les précautions d’usage. Lorsqu’une conduite est enfoncée ou aplatie, le flux d’air est partiellement bloqué. Par conséquent, l’air qui parvient à passer circule plus vite, et donc de manière plus bruyante. Cela augmente également le risque de fuites. La circonférence des conduites est également un facteur déterminant en termes de bruit.
  • Il est généralement préférable de demander au fabricant d’élaborer le plan de pose.

 

Ventilatie rooster

Vergelijk een filter met een mondmasker

Filters vervangen

 

Y a-t-il un filtre à privilégier ?

En matière de filtres, les possibilités sont également nombreuses. « Nous savons que les virus survivent plus facilement sur des matériaux plastiques que sur des matériaux naturels. Mais ces informations ne nous aident pas vraiment à déterminer le type de filtre adéquat. Une chose est sûre : les filtres des systèmes double flux qui ne sont pas suffisamment remplacés ou nettoyés ne laissent pas pénétrer suffisamment d’air frais dans la maison. Par conséquent, les aérosols restent plus longtemps dans l’air. Faisons la comparaison avec un masque buccal. Vous devez également le nettoyer à temps, ou en changer de temps à autre. Les filtres de ventilation ne font pas exception à la règle. »

 

« Comparez un filtre avec un masque buccal. Il doit lui aussi être nettoyé à temps, ou être changé. Les filtres de ventilation ne font pas exception à la règle. »

 

La plupart des fabricants affirment que les filtres doivent être entretenus tous les trois mois. « Mais la pratique nous apprend que c’est trop en demander. La bonne pratique recommande de le faire après chaque saison principale (été/hiver). En été, les filtres capteront plus de pollen et de petits insectes (mouches, moustiques), et en hiver, nous restons davantage à l’intérieur, ce qui met notre système de ventilation à plus rude épreuve. »

 

Entretenez vos filtres !

 

Règle de base

Remplacez ou nettoyez vos filtres après chaque « saison principale »

Hiver / Été

Souscrivez un contrat d’entretien

Idéalement, vous veillerez en tant qu’installateur à travailler avec un contrat d’entretien. « Installation placée et réglée ? Planifiez immédiatement un entretien semestriel ! Un contrôle visuel peut parfois suffire pour éviter des problèmes importants. En effet, des filtres encrassés peuvent non seulement créer un climat intérieur malsain, mais ils peuvent également endommager votre système de ventilation. Si le moteur tombe en panne dans les deux ans, ne partez pas du principe que le fabricant le prendra sous garantie s’il peut démontrer que le système a été mal entretenu. Tant l’installateur que l’utilisateur ont donc tout intérêt à entretenir une bonne collaboration » conclut Steven Mylle.

 

Les 3 questions les plus fréquemment posées

 

Les spécialistes de Cebeo peuvent vous aider à faire le bon choix. En se rendant même sur le chantier si vous le souhaitez.

1. 

Puis-je placer des systèmes de ventilation en tant qu’installateur électrotechnique ?

Oui, tout professionnel en électro peut le faire. L’installation doit toutefois faire l’objet d’une agréation. Vous pouvez également le faire vous-même si vous avez suivi une formation pour ce faire. Comparez cela à des travaux d’électricité. Vous devez également les faire certifier par la suite.

2.

Quand faut-il remplacer ou nettoyer les filtres ?

La bonne pratique recommande de le faire après chaque saison principale (hiver/été), donc tous les six mois. Les deux saisons s’accompagnent de leur propre lot de saletés. Le pollen et les moustiques en été, et la suie et le CO2 en hiver.

3.

Dois-je opter pour un système simple flux ou double flux ?

Une question à laquelle plusieurs réponses existent. Le choix dépend de différents éléments :

- Où vivez-vous ? Le long d’une chaussée fort fréquentée ou à la campagne ?
- Quel système de chauffage utilisez-vous ?
- À quoi se destine le bâtiment ?
- Y a-t-il un local (technique) ?
- Y a-t-il suffisamment de place ?
- Qu’en est-il de la structure du bâtiment ?
- Y a-t-il d’autres sources renouvelables présentes ?
- …

 

 

 


 

En pratique - Nous avons demandé à un installateur : dans quelle mesure le coronavirus impacte-t-il vos activités ? 

 

Vincent Vercruysse est cogérant de Quality Air bvba, une entreprise courtraisienne spécialisée dans le placement et l’entretien de systèmes de ventilation simple et double flux, principalement destinés au marché résidentiel. L’entreprise réalise chaque année des installations dans quelque 150 unités résidentielles. Pour ce faire, Vincent Vercruysse peut compter sur le soutien de son beau-frère, également cogérant, et d’un installateur supplémentaire qu’ils emploient. Quality Air est active depuis 2011 s’est constituée une clientèle fidèle grâce au service d’entretien après-vente y afférent.

 

« Actuellement, nous réalisons presque autant de projets de rénovation que de nouvelles constructions, bien que dernièrement, la balance penchait encore du côté des nouvelles constructions », déclare Vincent Vercruysse. « Il y a deux raisons à cela, et elles trouvent toutes deux leur origine dans le Covid-19. Tout d’abord, les utilisateurs remettent leur système de ventilation en question. Un système obsolète a peut-être besoin d’être remplacé. Ensuite, bon nombre de personnes résidant dans de vieilles maisons ne disposant pas encore de ventilation se tournent désormais vers nous. Le marché est clairement conscient de la situation. On observe un intérêt croissant pour la ventilation. »

dans quelle mesure le coronavirus impacte-t-il vos activités ?

« Oui, nous proposons également à nos clients l’entretien de leur installation. On peut parler d’une sorte de « contrat d’entretien ». Chacune de nos installations s’accompagne d’emblée d’un entretien au bout d’un an. Nous laissons ensuite le choix au client : il peut opter pour un contrat d’un an, de trois ans ou de cinq ans avec un contrôle annuel. Ou il peut l’effectuer lui-même. Dans ce cas, nous nous rendons également chez lui afin de lui donner les informations détaillées nécessaires afin qu’il puisse procéder à l’entretien en toute sécurité. À quoi doit-il veiller ? Où peut-il acheter ses filtres ? Etc... Mais l’expérience montre que rares sont ceux qui décident de le faire par eux-mêmes. »

 

 

« Nous sommes conscients que l’entretien comporte des risques. À l’heure actuelle, il va de soi que nous portons toujours un masque buccal, dès l’instant où nous entrons chez notre client et jusqu’au moment où nous le quittons. Et si nous manipulons les filtres, nous veillons également à porter des gants. Nous nous protégeons non seulement nous-mêmes, mais notre client également. Avant de repartir chez un client, nous désinfectons l’appareil et toutes les parties visibles. Une installation soignée et 100 % sûre, telle est notre devise » conclut Vincent Vercruysse.

entretien du système de ventilation

 

 

Contact
Nous utilisons des  cookies
Nous utilisons des  cookies  pour améliorer votre expérience.